L'ALLAITEMENT

Petits maux et astuces

vea olio huile
LES CREVASSES


Les crevasses au sein lors de l'allaitement sont des lésions à type de petites fissures situées au niveau de votre téton.

Elles sont dues à la fragilité de la peau, à la macération et au mauvais positionnement de bébé au sein (il "tétouille" les bouts de sein à la manière d'une tétine sans vraiment téter ou lorsqu'il tête il ne prend que le bout de sein sans prendre l'aréole avec).

Contrairement aux idées reçues, la durée des tétées n’est absolument pas corrélée à l’apparition de crevasses, si l’enfant tète bien. Un grand nombre de tétées n’est pas non plus corrélé à l’apparition de crevasses.


Quelques informations et conseils sont donc nécessaires :

• Evitez le port de coques d'allaitement qui font pointer en permanence le tétéon et donc ouvrir la crevasse. 

• Changez régulièrement vos coussinets d'allaitement afin d'éviter la macération.

• Evitez les nettoyages agresssifs et répétés de vos seins durant la période d'allaitement. Une toilette quotidienne est suffisante.

• Assurez-vous que bébé est correctement installé au sein lors de l'allaitement et qu'il prend bien le téton et l'aréole.

• Commencez l'allaitement en proposant à bébé votre sein qui est le moins douloureux.

• Variez les positions pour allaiter afin que le bébé sollicite moins la crevasse.

• En fin de tétée, faites pénétrer sur votre téton un peu de votre lait. Riche en matière grasse, il nourrira votre peau.

• L'utilisation de certaines crèmes adaptées aux crevasses du sein peut apporter une guérison rapide du sein ; elles peuvent également être utilisées à visée préventive et dans ce cas systématiquement après chaque tétée. Ex : Véa Olio, Lansinoh, Bépanthène pommade... Ces crèmes adaptées n'ont pas besoin d'être nettoyées avant la tétée suivante.

• Si la tété est vraiment douloureuse, vous pouvez utiliser des bouts de sein en silicone.

• A visée préventive, vous pouvez "préparez" vos bouts de seins par l'application quotidienne d'une crème adaptée aux crevasses du sein, environ 15 jours avant l'accouchement.

Lansinoh



L'ENGORGEMENT DU SEIN OU L'EXCÈS DE PRODUCTION DE LAIT LORS DE L'ALLAITEMENT

Vers le 3ème jour, il est physiologique que les seins soient parfois tendus par l’afflux de liquides extracellulaires vers le sein, et il faut prévenir l’engorgement par des tétées fréquentes ou des massages.

Au delà de la première semaine, l’engorgement se manifeste par des tensions douloureuses d’un ou des deux seins. La cause en est le plus souvent une tétée sautée ou un enfant qui dort trop. La mère doit savoir que si elle a trop de lait, il faut qu’elle réveille son enfant.


Dans ce cas, pensez à suivre ces quelques conseils :

• Faites téter en priorité et le plus souvent possible le sein engorgé. 

• Exprimez l'excédent de lait jusqu'à soulagement de la tension mammaire après avoir massé vos seins sous le jet d'eau chaude afin d'assouplir votre poitrine.

• Portez un soutien-gorges d'allaitement adapté à votre poitrine sans compression afin que le lait se répartisse aisément à l'intérieur des glandes mammaires.

• Diminuez vos boissons.

• Supprimez le port de coque, coquille ou coupelle d'allaitement qui, par leur compression, favorisent la montée de lait et donc l'augmentation de l'engorgement.

• Reposez-vous.

• Certains aliments qui favorisent la montée de lait sont à limiter tel que verveine, fenouil, lentilles, anis étoilé.

•  Certains aliments qui diminuent la production de lait lors de l'allaitement sont à consommer comme le persil, l'oseille, la sauge ou le chou vert.

 
LYMPHANTITE : ATTENTION, ÇA PEUT FAIRE MAL !  MAIS CONTINUEZ IMPÉRATIVEMENT L'ALLAITEMENT POUR GUÉRIR !!!


Elle complique un engorgement qui n’a pas été rapidement traité. De façon générale, elle se manifeste sous la forme d’une fièvre élevée, supérieure à 39°, et d’une impression de grippe (ou d’insolation !!) : douleurs articulaires, frissons, mal au dos... Le sein lui-même porte une "plaque" rouge et chaude, douloureuse ; parfois il révèle une masse quand on le palpe (ce qui parfois fait penser, à tort, à un abcès dans le sein).

La lymphangite est une inflammation, extrêmement rarement une infection.


Traiter :

Rassurez-vous, la lymphangite ne signifie pas l’arrêt de l’allaitement, ni l’arrêt des mises au sein, AU CONTRAIRE...

La lym
phangite se guérit en donnant le sein fréquemment (mais peu longtemps chaque fois), il faut vider le sein !!! Si besoin diminuez les solides quand ils ont été introduits, afin que bébé demande plus de lait aux seins, et agisse contre la lymphangite.

Il faut donner les deux seins !! Ne prenez pas le risque d'hyperstimuler le sein malade en stimulant moins l'autre sein, et d'entraîner un problème sur celui-ci.

Avant la tétée, il est bon de faire tremper son sein dans un saladier d'eau chaude par exemple, pour chauffer le sein, ou bien de prendre une douche, un bain...

Contrôler la bonne position, la bonne prise en bouche, la bonne succion de bébé ; orientez le menton de l'enfant vers la plaque rouge, de manire à mieux la drainer (donner le sein pendhée au-dessus de bébé si nécessaire).

Ne pas hésitez à aider au drainage du sein en faisant plusieurs massages aréolaires, éventuellement en massant le sein sous la douche. Ou carrément prendre un bain, et faire des ronds doucement sur l'aréole, puis des caresses pour aider au drainage du sein.

Reposez-vous et n’hésitez pas à vous faire aider .



En cas de fièvre maternelle :

Ne pas interrompre l'allaitement maternel, car le lait contient de nombreux anticorps qui vont protégre bébé ; traiter la cause (ORL, urinaire...).

Utilisez du Paracétamol pour faire baisser la fiève et éventuellement un gel anti-inflammatoire à appliquer sur la peau (Osmogel par exemple).

Si l'évolution n'est pas favorable en 48 heurs, consultez un médecin afin qu'un traitement antibiotique vous soit prescrit (en général de la Rovamycine ou du Bristopen et au moins 10 jours).

Le test de Budin permet de savoir si on peut continuer à donner le sein atteint au bébé : en agissant sur la zone atteinte, faire couler du lait sur un coton ; s'il y a un dépôt verdatre qui ne sent pas bon, il faut absolument une antibiothérapie et dans ce cas, continuez à donner le sein non atteint à bébé et tiez-jetez le lait du sein infecté. Là encore en plus des antibiotiques, il n'y a que vider, vider, vider le sein qui aidera à guérir.

La fatigue maternelle n'est pas due à l'allaitement mais c'est de s'occuper de bébé qui est fatiguant. Par ailleurs la prolactine a un effet relaxant et l'ocytocyne a un pouvoir somnifère (ce qui aide la mère à s'enformir facilement après la tétée).   


 
femmequidort


L'INSUFFISANCE DE LAIT

L'énorme majorité des femmes a en fait largement assez de lait, beaucoup en ont plus qu'assez. Lorsqu'un bébé ne prend pas de poids, ce n'est donc généralement pas parce que sa mère ne produit pas assez de lait mais parce qu'il ne reçoit pas le lait disponible, surtout parce qu'il ne prend pas bien le sein (et/ou pas assez souvent et/ou pas assez longtemps). En réponse à cela, la sécrétion lactée va diminuer mais cette baisse de lait est la conséquence d'un mauvais transfert du lait à l'enfant, ce n'est pas une insuffisance primaire de lait.

La connaissance de la physiologie de la lactation permet de comprendre les problèmes responsables de l'insuffisance de lait : la fabrication-éjection du lait est soumise à deux hormones, la prolactine (qui contrôle la fabrication du lait) et l'ocytocine (qui permet l'éjection du lait) mais également à un mécanisme de régulation locale : en effet, on a pu constater que le taux de synthèse du lait est inversement proportionnel au degré de remplissage des seins. Ce mécanisme explique pourquoi tous les facteurs qui limitent l'extraction du lait (succion inefficace, tétées insuffisantes et/ou trop courtes, anomalie du réflexe d'éjection) entraînent une diminution du volume de lait produit. Ce mécanisme explique aussi qu'une femme peut rapidement augmenter sa production de lait en augmentant la fréquence des tétées ("jours de pointe").

En fait, le déterminant le plus important de la quantité de lait produite, c'est l'efficacité et la fréquence de l'extraction du lait, et donc la demande de l'enfant.

Pendant les 3 premiers mois de l'allaitement, une mère sur deux sera confrontée à des jours un peu difficiles pendant lesquels elle aura la perception d'une insuffisance de lait parce que son enfant est agité et qu'il réclame le sein beaucoup plus souvent ; dans cette situation, la mère pense qu'elle n'a plus assez de lait et ses doutes sont renforcés par son entourage ; c'est la premire cause de sevrage précoce non souhaité.

Les mères doivent donc être prévenues de la possibilité de ces "jours de pointe" encore appelés poussées de croissance pendant lesquels l'enfant réclamera plus souvent, à la fois pour obtenir plus de lait afin de satisfaire des besoins augmentés, mais aussi pour trouver auprès de sa mère le réconfort dont il a besoin. 

 

 

Retour aux infos médicales

 

Page précédente : que boire, quoi manger pendant l'allaitement ? Tabac, alcool et médicaments        -         Page suivante : les idées fausses