TROUBLES DE LA DEGLUTITION ET DE L'ORALITE

Les troubles de l'oralité

Le syndrome de dysoralité sensorielle (SDS) est une cause méconnue de dénutrition chez l’enfant. Cette dysoralité est une hyperréactivité des organes du goût et de l’odorat. Les symptômes peuvent aller du simple dégoût pour certains aliments jusqu'à une aversion alimentaire sévère faisant penser à une anorexie.

 
QUELQUES REPERES QUAND TOUT VA BIEN :
 

- Dès la naissance: le bébé a le réflexe de la succion.
- Dès 1 mois : il se manifeste quand il comprend qu’il va téter.
- Vers 2 mois : il amène ses doigts à la bouche.
- Vers 4 mois : il cherche à mettre les deux mains sur son biberon.
- Entre 5 et 8 mois : il aime mordiller les objets et découvre les différentes textures (velouté, mixé, écrasé…)
- Entre 8 et 11 mois : avec l’apparition des premières dents, le bébé mange des morceaux fondants et porte la nourriture à sa bouche.
- A partir d’un an: le petit commence à boire seul au verre et à manger de petits morceaux avec aide.
- Vers 18 mois : il commence à manger seul avec les doigts ou la cuillère.
- Dès 2 ans : il peut utiliser la fourchette.

 
LA DYSORALITE :

Le terme de dysoralité de l’enfant recouvre l’ensemble des difficultés de l’alimentation par voie orale. Il peut s’agir de troubles par absence de comportement spontané d’alimentation, ou par refus d’alimentation, et de troubles qui affectent l’ensemble de l’évolution psychomotrice, langagière et affective de l’enfant. La perturbation est souvent sensorielle, c'est-à-dire qu’il y a une gêne au niveau de la sensibilité dans la bouche qui empêche l’absorption des aliments.
Les aversions alimentaires d’origine sensorielle sont fréquentes chez les enfants. Un quart des enfants à développement normal en souffrirait. Dès qu’il y a une atteinte neurologique, un autisme ou une alimentation par sonde dès la naissance le chiffre monte à 80%.
 

LES SYMPTOMES SONT :

  • Le manque d’appétit
  • Le refus de la nouveauté
  • La sélectivité alimentaire
  • La lenteur et les problèmes de comportements lors des repas
  • Des nausées et des vomissements
  • Des hauts le cœur lorsque l’on approche la cuillère
  • L’enfant recrache les morceaux ou les refuse
  • Il ne supporte pas qu’on lui touche le visage
  • L’articulation est difficile, surtout pour « r », « k », « g » qui se trouvent au fond de la gorge
  • La sélection des aliments par couleur (ex : l’enfant ne mange que les aliments verts)

Diagnostic différentiel :

  • Des amygdales hypertrophiques gênant la déglutition
 
CLASSIFICATION DES AVERSIONS ALIMENTAIRES : (Catherine Senez):

  • Niveau 1 : refus de certains morceaux, stockage des morceaux dans les joues sans les avaler, pas de préférence pour les aliments sucrés. Prends plaisir à s’alimenter
  • Niveau 2 : refus de tous les moreaux, haut le cœur si on le force, petites préférence pour le sucré, prends plaisir à s’alimenter avec les aliments qu’il a choisis.
  • Niveau 3 : refus des moindres petites particules, alimentation mixée. Nette préférence pour le sucré. Réaction d’aversion pour les aliments froids. Lenteur pour s’alimenter. Peu de plaisir à manger
  • Niveau 4 : refus du passage à l’alimentation à la cuillère. Seule l’alimentation au biberon et au lait tiède est acceptée. Nausées fréquentes. Aucun plaisir à manger.
  • Niveau 5 : refus d’une alimentation orale. Aucun plaisir oral.

 
TRAITEMENT DES DYSORALITES SENSORIELLES :
 
  • Massages de désensibilisation (geste très appuyé et très rapide). Au début il sera donné avec très peu d’amplitude puis celle-ci serait augmentée au fur et à mesure du traitement
  • Les massages doivent être faits 8 fois par jours et tous les jours pendant 7 mois
  • Il ne faut en aucun cas déclencher une nausée pendant les massages
  • Pratiquer des stimulations répétées, pluri quotidiennes et progressives.

 



Page précédente: la déglutition primaire - Retour aux infos médicales