Gérer le stress pour augmenter ses chances de grossesse

Comme en atteste la dernière mise à jour du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français, la prise en charge du stress et des émotions associés à l'intertilité par des approches cognitivo-comportementales (TCC) augmenterait les chances de grossesse. La TCC est décrite comme étant une psychothérapie centrée sur la modification de pensées et de comportements problématiques.
 
Ainsi la dernière méta-analyse publiée en 2015, combinant les résultats de plus de 39 études sur le sujet, confirme que les femmes qui bénéficient d'une intervention psychologique ont une probabilité significativement plus élevée (2 fois plus) de commencer une grossesse que celles appartenant aux groupes contrôles et recevant un traitement standard ou une intervention de type contrôle. De façon significative, il apparaît que plus le niveau d'anxiété est diminué par l'intervention, plus les probabilités de grossesse augmentent.
 
Confirmant les résultats précédents, cette étude note également un effet plus large des interventions de groupe sur la diminution de la détresse émotionnelle. En terme de type d'intervention, ce sont les interventions de type cognitivo-comportementales qui apparaissent comme les plus efficaces.
 
Ces approches cognitivo-comportementales validées associent 3 dimentions :
1) la restructuration cognitive (qui consiste en un travail sur les pensées négatives dysfonctionnelles) ;
2) les techniques induisant une réponse de relaxation (ayant un effet physiologique direct)
3) un travail sur le soutien social (qui permet de sortir de l'isolement induit par les troubles de la fertilité).